audition, handicap, médecine, oreille, ORL, santé, surdité

L’enfant n’est pas gêné par ses acouphènes

acouphène catLes enfants atteints depuis la naissance d’une déficience auditive ne souffrent par de leurs acouphènes. C’est le constat des ORL et de cette étudiante en audiologie qui le décrit très bien dans un cas clinique.
L’enfant qui a un handicap auditif inné ne se plaint pas en général des acouphènes car il considère ce bruit continu comme « normal », comme un ami qui l’accompagne. Il ne met pas dans ce signal symptomatique de la peur, de l’angoisse, du mal-être et par conséquent, il le vit très bien. Il n’est pas dans l’acceptation de ses acouphènes, puisqu’il n’a jamais entendu autrement, mais dans une habituation naturelle qui s’est mise en place sans que sa réflexion n’intervienne. Dans ce cas clinique, soit le dépistage à la naissance n’a pas été réalisé dans de bonnes conditions, soit un trouble de santé traumatique ou chronique a altéré l’audition durant l’enfance.
« Nicolas a 12 ans, à sa naissance, un dépistage a été fait pour s’assurer qu’il entendait bien et ce test a été réussi. Il a toujours bien réagi aux sons autour de lui et comprend bien la professeure dans la classe même lorsque les autres élèves parlent en même temps que celle-ci. Pourtant, Nicolas entend un son dans ses oreilles, c’est comme si une petite abeille était là en permanence sans que celle-ci soit réellement dans l’environnement. Nicolas dort bien la nuit et n’a jamais parlé de ce son à personne, car pour lui, ce son est normal, il l’a toujours entendu du plus loin qu’il se souvienne. Une étude récente suggère que 1,6 million d’enfants âgés entre 12 et 19 ans aux États Unis ont des acouphènes. Les enfants ne le diront pas nécessairement si la question ne leur a pas été posée directement, mais les acouphènes existent aussi chez les enfants. »
Le conseil qu’on peut donner aux parents qui se trouvent confronter à cette situation, c’est de laisser leur enfant tranquille, surtout de ne pas lui dire que ce bruit continu n’est pas « normal » car cette information risquerait de l’inquiéter, de le déstabiliser, et remettrait en question le processus d’habituation.
Pour les adultes qui ont des acouphènes, c’est aussi une excellente remise en question de leur acceptation de ces bruits. Si vous pensiez à les décharger du stress, de l’angoisse, de toutes les turpitudes de votre esprit, il est probable que vos acouphènes seraient bien plus supportables. L’acouphène reste un symptôme, pas une maladie.
Philippe Barraqué, musicothérapeute, expert santé
www.stop-acouphenes.fr – la référence en thérapie sonore anti-acouphènes recommandée par les ORL
  • Source : Acouphènes Québec – Andréanne Sharp, étudiante en audiologie, Faculté de Médecine, Université de Montréal

Acouphènes Solutions – Tous droits réservés

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s